Maewell/ mai 23, 2019/ Spiritualité/ 0 comments

Il existe un psychisme de l’Univers. La matière n’est qu’une manifestation des diverses formes vibratoires et gravitationnelles de « l’Energie universelle ».
Que peut donc bien être cette énergie ? Nous n’en savons rien ; nous utilisons bien l’électricité sans savoir ce que c’est ; nous en savons encore moins sur l’Energie et le psychisme qui l’animent. Nos savants acceptent actuellement de le constater.

Ce « psychisme est plus ou moins développé » selon qu’il s’agit de matière non vivante ou de matière vivante, selon qu’il s’agit de plantes, d’animaux ou d’êtres humains.

Il existe des êtres mieux doués que d’autres pour percevoir ces phénomènes qui se produisent dans l’invisible qui est un monde bien plus immense que le monde de la matière… laquelle n’est que fantôme. Ce n’est pas elle la réalité du monde, elle n’en est qu’une infime manifestation. Un atome est constitué à l’image du système solaire : un peu de matière apparente, c’est à dire le soleil, les planètes qui gravitent et du vide, un vide immense ; un vide à nos yeux seulement, car c’est justement ce vide qui est le plus important.

^^^^^^

LE « CHANGEMENT » ET NOTRE CERVEAU

 

Et peut-être ainsi pourrions-nous dire : le monde se complexifie pour certains, alors qu’il s’éclaircit pour d’autres esprits, tout dépend de notre sensibilité à percevoir. Ou nous sommes repliés sur nous-mêmes dans une intelligence néo-cartésienne intellectualisée, ou sur-intellectualisée, ou nous avons une disponibilité qui nous vient d’un rhinencéphale et d’un hypothalamus qui n’ont pas été complètement sclérosés par notre ankylosante et présomptueuse éducation occidentale.

Par son intelligence néo-cartésienne l’homme prométhéen croit pouvoir
tout comprendre de la nature, avoir le pouvoir et le droit de la dominer, de l’asservir à ses caprices, de la maîtriser à son gré. Il a perdu l’essentiel : la disponibilité qui le rattache, s’il le veut, à l’Univers, au Cosmos. C’est cette perte de l’Essentiel, qui conduit actuellement notre monde à la faillite à court terme, par la ruine de l’Unité.

^^^^^^

LES GRANDES LOIS UNIVERSELLES

   

La science, dans ses démarches actuelles, est en voie de redécouvrir cet essentiel : c’est là que se situe l’espoir. Notre cerveau est « l’outil » le plus extraordinaire qui soit, or faut-il savoir s’en servir. Mais qui nous a enseigné la manière de « l’utiliser conformément aux lois naturelles ? »

 

Nous avons systématiquement oublié que nous ne sommes pas tout à fait seuls en ce monde. Il y a une Entité qui a ses lois : « les grandes lois naturelles » mentionnées notamment par Alexis Carrel, lesquelles gèrent l’univers. Aller à l’encontre de ces lois mène automatiquement à la catastrophe.

Quelques-unes de ces lois que découvre actuellement enfin la science
sont :

  • la loi de cohérence
  • la loi d’équilibre et d’harmonie
  • la loi d’économie
  • la loi de la résonance
  • la loi de cause à effet
  • la loi de mouvement et d’effort
  • la loi d’union des opposés
  • la loi d’unité dans la diversité
  • la loi du rythme
  • la loi d’action-réaction
  • la loi de synchronicité (coordination, compensation)
  • la loi d’esthétique
  • la loi d’évolution qualitative (orthogenèse)
  • la loi d’engagement
  • la loi de justice
  • la loi d’amour…

^^^^^^

L’HOMME NOUVEAU

   

Il faut savoir se rendre disponible; il faut savoir « s’ouvrir avec discernement ». Il faut prendre la résolution de chercher à comprendre et respecter la loi de l’Univers : une loi qui procure la vraie liberté, la sérénité et le bonheur, un bonheur partagé, provenant de la pensée juste et de l’action juste qui en découle.

^^^^^^

NOS CINQ SENS ET LEUR PROLONGEMENT

    

Ainsi, nos cinq sens classiques possèdent une propriété supplémentaire, non classique, « leur prolongement intérieur ». La vue intérieure est un type de cheminement derrière nos yeux, qui nous met en relation avec telle ou telle partie de notre corps, comme par exemple avec nos paupières ; c’est là un premier exercice d’entraînement. Par la suite on se mettra en rapport avec le centre de l’attention, puis on ira plus loin,…

   

Cet exercice dépasse la vue intérieure, il implique aussi le toucher.

Le sens de l’odorat est extrêmement important. Tant de choses peuvent
être révélées par un odorat subtil ! N’est-ce pas dans les fosses nasales que se nourrit ce qui est essentiel en nous : le corps éthérique ? Ce corps éthérique, découvert par les savants de la Russie, et même maintenant photographié couramment avec l’appareil Kirlian, est dénommé d’un terme plus scientifique : le corps-énergie.

^^^^^^

POUVOIRS OU DONS ?

Nombreux sont ceux qui voudraient accroître leurs possibilités, les uns
dans le but de nuire, d’autres dans celui « d’épater la galerie », d’autres dans le but de « gagner de l’argent »,…

Mais, attention, ces pouvoirs ne sont pas tout à faits gratuits, ni inoffensifs
pour celui qui en fait mauvais usage. « Il y a une justice immanente », on peut encourager des catastrophes psychiques et autres. De plus, nous ne pourrons pas nous élever spirituellement si nous poursuivons des buts égoïstes, si nos intentions ne sont pas pures.

Ces dons nous sont offerts afin de nous aider à nous dépasser, à nous
transcender, pour nous conduire au bonheur. Le « bonheur n’existe que dans le dépassement ». Tous les autres bonheurs ne sont que des faux bonheurs, des trompe-l’œil à la portée de l’individu superficiel. Nous avons des facultés instinctives, c’est à dire des survivances d’un passé lointain, à découvrir et approfondir en nous afin de mieux savoir les comprendre ; nous avons des facultés intellectuelles et intuitives à mieux développer ; nous avons aussi des facultés spirituelles à déceler, une conscience qui ne demande qu’à s’épanouir.

Toutes ces facultés sont « en chacun de nous à des degrés différents » ; en
venant en ce monde nous ne sommes pas égaux les uns aux autres. L’appel du psychisme universel, sa perception notamment, sont très inégaux d’une personne à l’autre ; certaines se sentent attirées ; d’autres ont peur, d’autres encore sont dans l’obscurantisme total, elles refusent même l’essai.
Il est captivant d’apprendre à percevoir un rapport vécu, une relation qui vient de l’intérieur et qui va vers l’intérieur de l’autre, un souffle qui passe, une vibration qui s’enregistre, une compréhension d’une profondeur inhabituelle qui s’établit. Tout est possible « à un cœur qui sait écouter. »

^^^^^^

DOUZE SENS

   

Ces sens que nous pouvons subtilement développer pour notre plus grand bien sont d’abord les sept sens supplémentaires au sujet desquels on pourra trouver tous les renseignements nécessaires chez Rudolf Steiner. Ce sont : le sens de l’équilibre, le sens du mouvement, le sens de la vie, le sens de la chaleur, le sens de la parole, le sens de la pensée, le sens du moi d’autrui… et d’autres encore :

  • le « sens de la direction » ;
  • le « sens des obstacles » ;
  • « l’autoscopie », qui est une possibilité de décrire par exemple des
    lésions d’organes ;
  • la « radiesthésie », qui peut transmettre des vérifications de calculs, de découvrir où se situe l’erreur d’une balance comptable qui ne tombe pas juste, de découvrir de l’eau, un document perdu, des organes malades, et tant d’autres choses…
  • la « psychométrie », c’est à dire la possibilité de déceler certaines
    empreintes conservées par de vieux meubles, de vieilles maisons, de vieux objets, de l’ambiance dans laquelle ils se sont trouvés à
    l’occasion d’événements tragiques, ou particulièrement heureux ;
  • la « lucidité » ou voyance, vision rapide, fugitive, perception d’état de
    conscience chez un autre sujet ;
  • la « clairvoyance », qui est une faculté de voir à distance ;
  • la « clairaudience », est une perception de voix intérieures (Jeanne d’Arc, Saint Paul, Socrate…) plus fréquente qu’on ne le suppose ;
  • la « télépathie » est une communication ; c’est un synchronisme de sentiments ou d’idées qui s’établit, sans intermédiaire classique, entre deux personnes ;
  • la « monition », qui est un avertissement, une révélation plus ou moins claire d’un phénomène lointain ;
  • la « prémonition », qui est une communication, une sensation
    précédant un fait et l’annonçant par avance ;
  • la « télesthésie » : il s’agit de quelque chose de très particulier entre deux personnes qui sont en échange permanent ;
  • la « télékinésie » (kinésie : mouvement), possibilité de tordre ou déplacer à distance des objets, sans les toucher, sans les forcer ;
  • la « psychocinèse » ou psychokinésie, ou mouvement par l’esprit : c’est un déplacement d’objet par le regard, par la volonté ;
  • le « sens de l’attention » (non intellectuelle, non corticale) : il s’agit d’une attention à notre vie subtile intérieure ; c’est se sentir vivre ;
  • « l’attention marginale » : c’est le sentiment que quelqu’un nous
    regarde ;
  • la « médiumnité », c’est à dire la possibilité de servir d’intermédiaire entre les hommes, les esprits et les morts
  • « la bilocation », ou sens du dédoublement, c’est à dire le « don
    d’ubiquité », peut permettre à une même personne d’être présente en même temps en deux endroits différents. Un fait célèbre de bilocation est celui de St Liguori, évêque mort en 1787, qui se trouva en même temps à Rome et dans sa ville épiscopale de Santa Agatha ;
  • la « catalepsie », (action de saisir) est un type d’hypnose ; les muscles
    volontaires sont mis en état de refus d’obéissance ;
  • la « lévitation », sens qui permet l’élimination de la pesanteur ;
  • le « somnambulisme », état nerveux que sont capables de provoquer certains magnétiseurs mais aussi espèce de dédoublement de la personnalité pendant le sommeil;
  • « l’hypnotisme », d’un simple sens ou faculté de certains êtres, est devenu maintenant une véritable science. On peut très bien développer cette possibilité ;
  • le « sens qui communique de la force vitale » : imposition des mains, magnétisme humain ;
  • la « conscience » n’est-elle pas un sens refoulé, gênant que l’on ne veut pas entendre ni développer ? Elle ne conseille jamais de faire le mal, elle s’exerce toujours dans le sens de l’orthogenèse ;
  • le « sens de la justice » : comme la conscience, c’est un sens
    surnaturel attribué par la nature à l’homme. Nous pouvons remarquer que la justice n’existe pas dans la nature, autour de nous, entre animaux, entre plantes : partout joue la loi des rapports de forces. Tant que l’homme ne sait que demeurer dans les rapports de forces, il n’est pas civilisé. Tous ces rapports de forces entre gouvernants et administrés, entre patronat et syndicats, entre employeurs et employés, entre contestataires et entêtés, sont des marques de notre manque de civilisation, de notre méconnaissance des grandes lois naturelles.

^^^^^^

LE SENS ULTIME

   

Plaçons enfin en dernier, le « sens de la lumière« , le sens de l’ouverture à la pulsion spirituelle. Le sens de la lumière conduit à l’Unité, c’est lui qui fait dépasser la dualité, les opposés, les contradictions. Il fait découvrir l’éternité qui est au fond de l’être humain. C’est lui qui nous mène vers la transcendance ; c’est la découverte de la loi d’amour, une loi surnaturelle puisque « aimer c’est se surpasser. »

^^^^^^

Ce texte est tiré d’un Ebook trouvé « par hasard » (vous sentez l’ironie?) sur mon ordinateur. Je n’ai aucun souvenir de l’avoir téléchargé! Mais cet Ebook est juste passionnant! Il est proposé sur le site : Association Alpha International . D’ailleurs, ce site est vraiment enrichissant, je vous le conseille vivement!

N’hésitez pas à partager cet article, ces enseignements sont importants!

Merci à vous, chers lecteurs

Maewell

Crédits photos : Pixabay / Source : Association Alpha International

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*